jeudi 2 février 2017

Araluna de Philippe Sombreval


Quatrième de couverture 

«Araluna»
En cette mi-14ème siècle, les caprices du destin et de la guerre de cent ans vont amener un chevalier Breton en plein comté de Luxembourg.
Le successeur de Jean l'aveugle, mort héroïquement à Crécy confiera une mission capitale à celui qu'on surnommera plus tard «Le Loup noir de Bretagne» ; protéger la cité d'Arlon et le pays qui l'entoure. Dès lors, aucun brigand ne pourra ravager et piller impunément sans être poursuivi par les «Compagnons d'Araluna».

Aventures, batailles épiques, romantisme, réflexion sur la guerre et la religion composent la trame d'Araluna. Un roman s'incrustant dans l'histoire régionale d'Arlon et de ses alentours.
  
Mon avis
 

Je viens vous parler aujourd’hui d'un livre écrit par un ami de longue date (un peu plus de 10 ans que l'on se connaît). Ce livre est un projet qu'il a mûri longtemps. Quand on s'est connu, il avait déjà cette passion d'écrire : on a eu de bons moments de rôle play sur un ancien forum. Araluna, son bébé, est un superbe roman illustré. 

Le héros du livre s'appelle Philippe de Sombreval. Et oui, il porte le nom de l'auteur. Bien que le personnage soit différent de son créateur, ils ont des ressemblances. 
Philippe, je l'ai connu beaucoup fréquenté sur les fêtes médiévales "à jouer au chevalier" comme il dit. Il serait né au Moyen-Age,il aurait été un bon chevalier. il a les qualités pour l'être : il déteste l'injustice, il connaît la valeur de l'honneur et il sait porter secours aux plus faibles. Comme son personnage, il a un côté sensible et romantique. Il peut être très doux. La grosse différence à mes yeux, c'est qu'il y a pas cette tendance irascible pour un rien (après on se voyait que 2 à 3 jours, 1 à 2 fois par an).  
Maintenant, on va parler du héros du livre. C'est un bon capitaine, attentif à son entourage et un bon compagnon d'armes aux valeurs fraternelles. Il défends avec vaillance la ville d'Arlon et ses alentours. Il a le sens du mot honneur. De plus, il a un bon compagnon à ses côtés : Kondrat  de Bömherwald qui le mesure dans ses propos et dans ses actes. Et bien sur, il y aura une femme...

Ce roman, même s'il est pas "histo", respecte bien le côté historique que ce soit au niveau des personnages, du contexte et des lieux. De plus, pour ceux qui connaissent rien au Moyen-Age, il y a des notes de bas de page. C'est simple mais cela explique bien aux lecteurs.
Pour un premier roman, c'est une belle réussite. À lire d'urgence.

L'argent des farines d'Anne Villemin-Sicherman


Quatrième de couverture 

En août 1770, Metz, comme tout le royaume de France, souffre d'une disette, conséquence de deux années de mauvaises récoltes. Le prix du pain augmente. Les greniers de la ville se vident. Le peuple gronde. Deux boulangers sont assassinés sauvagement. Des paysans sont menacés. Des rumeurs circulent accusant des spéculateurs de faire des réserves de grain pour faire monter les prix à leur profit. La communauté juive est sollicitée par l'intendant Charles Alexandre de Calonne pour mettre en oeuvre un approvisionnement d'urgence en provenance d'Allemagne. Le temps presse et les troubles menacent la paix civile.
Augustin Duroch, jeune vétérinaire de talent, au contact quotidien avec le monde rural, est mandaté par l'intendant Calonne pour faire promptement la lumière sur cette coïncidence d'événements troublants. Les avances faites à Augustin par la captivante fermière du château de Grimont sont-elles dénuées d'arrières-pensées ? Les sentiments qu'il partage avec la belle Célia sont-ils durables ? Augustin s'engage dans une vraie histoire difficile qui pourrait le mener à sa propre destruction...
  
Mon avis
 

On retrouve Augustin Duroch dans ce Metz du 18ème. Sa vie personnelle va se trouver grandement mouvementée, tout comme sa vie de vétérinaire. Il se retrouve à faire le médecin légiste pour la maréchaussée. Calonne, l'intendant de Metz, lui donne aussi plus de pouvoir. Cela lui permet de mener les enquêtes pour l'intendant et le maréchal d'Armentières.

Metz est agitée car elle connaît une forte disette comme le reste de la France. On se rend bien compte des tensions qui règnent dans la ville à travers les mots d'Anne Villemin-Sicherman. Elle sait bien traduire les sentiments des personnages.

Cette suite est une belle réussite et est tout aussi passionnante que le premier tome Guet-apen rue des juifs.

mercredi 1 février 2017

Guet-apens rue des juifs d'Anne Villemin-Sicherman



Quatrième de couverture 

À Metz en 1770, Augustin Duroch, jeune artiste vétérinaire diplômé de l'École royale vétérinaire de Lyon, première école au monde, est aux prises avec une mystérieuse maladie qui se propage dans les écuries de l'intendant du roi, Charles Alexandre de Calonne. L'assassinat d'un marchand juif perpétré dans le ghetto est-il en relation avec cette épidémie énigmatique ? Un complot visant le pouvoir royal est mis à jour. La ville de Metz avec ses ruelles mal éclairées et sales, ses belles demeures, ses bouges mal famés, sert de décor à cet imbroglio.
Sur fond d'intrigues menées dans les milieux aristocratiques de la ville, Augustin peu à peu se retrouve pris dans les filets de celui qu'il accuse... 
  
Mon avis
 

Voici un excellent moment historique qui nous plonge dans la ville de Metz du 18ème siècle, tout en annotant des explications afin de resituer ces lieux dans le Metz d'aujourd'hui. Ce qui nous permet donc de voyager dans le temps en se baladant dans notre belle ville.

Metz a été mon premier coup de cœur quand j'ai emménagé en Lorraine ; le roman d'Anne Villemin-Sicherman est un coup de cœur pour un roman historique. J'ai eu beaucoup de mal à devoir faire une pause et de ne pas le dévorer en un coup.

On y découvre des personnages hauts en couleur parmi toutes les classes de la société de cette époque comme l'intendant du roi, Charles-Alexandre de Calonne et le maréchal d'Armentières.

Augustin Duroch est un jeune vétérinaire, diplômé de la 1ère École vétérinaire de Lyon. Il est le vétérinaire privilégié de l'intendant Calonne. Il est brillant, futé. Dans cet histoire, il joue aussi au détective.
L'autre personnage que j'ai adoré est Éléonore de Turnel, une jeune fille qui fait son entrée dans le monde et qui tient un journal passionnant. Elle s'éclate à mener son enquête pour aider Augustin.

Même si les chapitres sont longs, il y a des sous-chapitres qui nous permettent de faire des pauses (petite note aux parisiens qui prennent le métro).

Mademoiselle de Pâquelin de Jocelyne Barthel



Quatrième de couverture 

En 1571, Corine de Pâquelin arrive à la Cour des Valois, comme demoiselle d'honneur de Catherine de Médicis. La jeune fille, qui a jusqu'à présent grandi dans un univers préservé, découvre un monde de complots et d'intrigues. Sous le règne de Charles IX, c'est ainsi que se mènent l'amour et la politique. Corine côtoie les grands de ce monde, noue des amitiés et trouve l'amour. Mais elle est catholique, Quentin de Gayrand protestant, et la guerre fait rage... La Saint-Barthélemy leur sera-t-elle fatale ?
  
Mon avis

Ce livre est une excellente fiction historique qui manie avec brio l'Histoire et la fiction.
L'histoire est respecté et on a un même rappel en fin de l'ouvrage sur l'exactitude de ces événements. Les personnages fictifs sont intégrés dans l'Histoire en respectant les codes de l'époque à laquelle ils sont intégrés.

J'ai apprécié la manière dont l'auteur traite de la plus grande guerre de religion en France et ses conséquences. Le fait qu'une catholique épouse un protestant comme la princesse Marguerite de Valois (la future reine Margot) et Henri de Navarre.

Corine de Pâquelin et Quentin de Gayrand sont très attachants et touchants. Leur histoire d'amour est compliquée par une longue séparation. Celle-ci se finit bien, c'est un espoir pour tous les amoureux du monde.

L'auteur a une écriture simple qui se lit facilement. On ne lâche pas le livre tant que l'on est pas à la fin.

Demain les chats de Bernard Weber



Quatrième de couverture 

Pour nous,
une seule histoire existait :
celle de l'humanité.
Mais il y a eu LA rencontre.
Et eux,
les chats, ont

changé à jamais notre destinée.
  
Mon avis
 

Bernard Weber renoue avec les animaux dans son roman. Cette fois-ci, ce sont les chats qui sont mis à l'honneur. 
Le chat est-il l'avenir de l'homme ?

On fait connaissance avec deux chats qui désirent communiquer avec les êtres humains. 

Tout d'abord, il y a Bastet, une femelle, qui non seulement veut communiquer avec les humains, mais aussi avec toutes les espèces animales.
Puis, son voisin Pythagore, un mâle qui est un chat de laboratoire ayant un port USB greffé sur sa tête.


Franchement quand j'ai commencer à lire les premiers chapitres, je me suis dit que l'auteur avait certainement abusé des pétards.

Mais ce livre dépeins une possibilité de la réalité. Et si le terrorisme déclenchait une guerre, comment réagirions-nous ?
Le fait que ce sujet soit abordé à travers le regard des chats nous permet d'aborder cette réalité avec légèreté.

samedi 20 août 2016

L'empire du Graal de Eric Giacometti et Jacques Ravenne



Quatrième de couverture 

Palais pontifical de Castel Gandolfo. Sur ordre du pape, les cinq cardinaux les plus influents du Vatican prennent connaissance d'un rapport explosif rédigé par Titanium, le leader mondial des algorithmes. Le compte à rebours de l'extinction de l'Église catholique a commencé.
Paris, Hôtel des ventes de Drouot. En remontant une filière de financement du terrorisme, Antoine Marcas, le commissaire franc-maçon, assiste à la mise aux enchères d'un sarcophage du Moyen Âge. Un sarcophage unique au monde, car il contient selon le commissaire-priseur, les restes d'un... vampire.
C'est le début de la plus étrange aventure d'Antoine Marcas.
Une enquête périlleuse qui va le mener, en France et en Angleterre, sur la piste de la relique la plus précieuse de la chrétienté.
Le Graal. Une enquête aux frontières de la raison qui ressuscite Perceval, le roi Arthur et la geste légendaire des chevaliers de la Table ronde. 
Érix Giacometti et Jacques Ravenne revisitent entièrement le mythe du Grall en revenant aux origines du conte de Chrétien de Troyes.

Et si le Graal était à votre portée ?
  
Mon avis
 

Autant le dixième opus de nos deux auteurs : Le règne des Illumati m'avait déçu. 
Autant ce onzième tome m'as emballé totalement. J'ai retrouvé le Antoine Marcas des premiers tomes.

Ce livre diffère un des précedents opus car il n'y a pas vraiment de partie historique qui s'alterne avec la partie de nos jours. Bien que le récit de l'Église pourrait prétendre à cette place.
Pour une fois, Antoine n'a pas d'histoire avec une jeune femme et n'enlève aucun intérêt aux récits. On découvre même d'autres traits de sa personnalité. Là, il fait équipe avec un homme : Derek Stanton, un écrivain un peu cinglé.
On retrouve avec plaisir le côté enquête historique car nos deux compères consultent de nombreux spécialiste sur le Graal et son histoire.
On fait aussi connaissance avec le fils d'Antoine et on voit à quel point Antoine tient à lui.
Ce livre nous garde en haleine jusqu'à la fin.

À travers ce livre, les deux auteurs nous donnent leur vision du graal dépoussiérée de tout magie. Comme disait Eric Giacometti, lors de la conférence qui a eu lieu aux imaginales maçonniques : "Le Graal,  c'est la quête qui donne envie de nous améliorer nous même. Le Graal, on l'as en nous".

jeudi 26 mai 2016

Jusqu'à la fin des temps de Céline Guillaume





Au milieu des bois, lors d'une nuit sans lune, elle m'apparut pour la première fois. Mythe ou réalité, annonciatrice d'infortune ou de réussite, je l’ignorais... Seule une antique pièce syrienne abandonnée sur mon siège témoignait de ma rencontre avec la Dame Blanche, messagère de l'au-delà qui allait me guider vers ma destinée tracée depuis la nuit des temps.
Huit siècles après le début de cette histoire dans l'Histoire, je tenais dans mes mains notre devenir. 


Voici une histoire d'amour qui nous transporte entre l'espace et le temps. Céline Guillaume nous compte cette histoire avec brio. On découvre de belles personnalités avec cette écriture simple et chantante de Céiine.

A travers ces mots, on découvre la Syrie différemment de l'image que nous présentent les actualités. On y voit un pays riche de traditions, de beaux contes et de belles histoires. L'histoire des croisés est justement évoquée.
L'histoire de Cassandra est celle de toutes les jeunes femmes malheureuses qui est amoureuse de la mauvaise personne. Malgré l'amitié de sa meilleure amie, Cassandra perd de plus en plus pied. La "Dame Blanche", qu'elle rencontre, lui indique la possible voie à suivre pour avancer et se trouver.
Une très belle histoire à lire. De plus, le fait qu'il est rélié avec une couverture qui fait grimoire en fait un exemplaire sublime.