Que passe l'hiver de David Bry




Que passe l'hiver sur la Clairière
Aux étranges trouées sombres,
À la magie puissante et aux mystères sans fin,
Aux dieux, aux hommes si cruels.

Que passe l'hiver sur un roi
Mi-dieu mi-homme, au destin funeste ;
Sur celui qui devina la mort de ses terres,
Ne put s'y résoudre.

Que passe l'hiver, oui.
Mais qu'en restent les souvenirs.


Tout le monde vous le dira, ca fait très longtemps que je me suis pas autant enthousiasmé pour un livre. Même moi, je l'admets. Cela remonte à Loar de Loïc Henry à la fin 2011.

Ce qui m'as enchanté dès le départ, c'est que chaque chapitre démarre par des strophes d'un poème que l'on retrouve en entier à la fin du livre. J'ai découvert ce coté poétique de David Bry qui  m'as enchanté. Il est entré dans la peau d'un troubadour venu nous conter les aventures d'autrefois.

Le livre s'ouvre sur un prélude où un homme au bois de cerf a la vision d'un corbeau qui survole une clairière au centre de laquelle se trouve le wegg. Ce décor planté m'as charmé en trois pages et j'ai foncé lire la suite.

Tous les hivers se réunissent quatre clans au cœur de la clairière : il y a les Dewe qui peuvent voyager à travers les ombres ; les Lugens qui maîtrise les esprits de la nature, les Oren qui lisent les fils sur les bords de la montagne du destin et les Feyren qui peuvent prendre la forme d'un animal.
Stig, le cadet des Feyren, assiste pour la première fois au wegg. Il s'est imaginé tout à travers les mots de son frère lui ayant conté les précédents rassemblements. Mais rien, ne se passera comme il avait rêvé.

Un fil se brise, un autre se renforce. Cette phrase fait référence aux fils du destin. Quand une décision importante est prise donne une conséquence irrémédiable et irréversible.

Ce conte nous apprends que malgré les choix du destin ou les choix que l'on fait (même si les événements sont sinistres), c'est ce qui va nous construire et nous faire évoluer. Stig l'apprendras durement.

Je vous recommande chaudement ce livre. Je vais aussi l'offrir à mes amis car c'est une bonne leçon de vie. Ce dernier David Bry est un excellent opus où on découvre une sensibilité qui m'as touchée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sourde, muette, aveugle d'Helen Keller et L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok

Concours pour les 1 an du blog

Aidez-nous à garder la librairie L'Antre-Monde ouverte